à 

C9019
3150, rue Jean-Brillant
Montréal (QC) Canada  H3T 1T3

Brenda Hosington (Université de Montréal/ University of Warwick) and Marie-Alice Belle (Université de Montréal)


“Translation and the Making of Early Modern English Print Culture (1473-1660)”: Archival Resources and Theoretical Tools


L’histoire anglaise de l’imprimé commence par une traduction: en 1473, William Caxton publie le premier texte a être imprimé en anglais, sa propre version du Recueil de l’Histoire de Troyes de Raoul de Presles. Malgré le rôle fondateur joué par la traduction – et par des traducteurs tels que Caxton –  dans le développement du marché anglais de l’imprimé, les historiens du livre tardent à reconnaître leur importance pourtant cruciale pour le développement d’une « culture de l’imprimé » dans les Îles Britanniques à la Renaissance. Notre projet vise par conséquent à souligner la place des traducteurs dans les réseaux d’échanges intellectuels, sociaux, matériels, et culturels qui font toute la richesse de ces premiers siècles de l’histoire anglaise du livre.
Notre intervention portera sur deux dimensions importantes de notre projet. Nous aborderons d’abord les aspects pratiques du travail d’archive que requiert la constitution d’un catalogue de traductions – plus particulièrement, le Renaissance Cultural Crossroads Catalogue of Printed Translations in Britain 1473-1640, récemment créé par Brenda Hosington, et disponible en ligne en accès libre, ainsi que le catalogue complémentaire Cultural Crosscurrents in Stuart and Commonwealth Britain 1641-1660, qui sera aussi bientôt disponible en accès libre dans le cadre de notre projet. La seconde partie de la conférence sera consacrée à la présentation de quelques outils théoriques pour l’étude historique des traductions imprimées dans les Îles Britanniques à la Renaissance. Par ces deux aspects complémentaires de notre recherche, nous visons d’une part à mettre en valeur le rôle de catalyseur qu’a joué la traduction dans les échanges culturels, sociaux et matériels propres à la Renaissance anglaise; et d’autre part, à poser les bases d'un dialogue interdisciplinaire entre les historiens de la traduction et les spécialistes du livre à la Renaissance.


The history of English print starts with translation: the first book ever to be printed in English was William Caxton’s version of Raoul de Presles’ romance, Le Recueil des Histoires de Troye (1473). Despite the seminal importance of translation and translators such as Caxton in the development of the English book market, book historians to date have been slow to recognize their crucial role in the making of the early modern English “culture of print”. Our project, by contrast, aims to underscore their agency within the intellectual, social, material, and cultural networks that shape these vibrant first centuries of the English history of print.
In this presentation, we will focus on two main aspects of our project. On the one hand, we shall discuss the practical archival work involved in creating a corpus of translations, such as Brenda Hosington’s free-access online Renaissance Cultural Crossroads Catalogue of Printed Translations in Britain 1473-1640, and our continuation of the catalogue, entitled Cultural Crosscurrents in Stuart and Commonwealth Britain 1641-1660, which is part of our research project and will soon also be accessible online. On the other hand, we shall share some of the theoretical tools that we have developed for the study of printed translations in early modern Britain. Through these complementary resources, we aim to highlight the importance of translation as a catalyst of cultural, social, and material exchanges in the Renaissance, and to foster interdisciplinary dialogue between historians of translation and of book studies in the early modern period.

Consulté 386 fois   ·   Modifier