à 

J-R120
1400, rue Berri , Salle J-R120
Montréal (QC) Canada  H2L 4E3

La Galerie de l’UQAM plonge dans l’énergie vive de la peinture avec l’exposition solo Melanie Authier. Contrariétés et contrepoints. Sous la houlette du commissaire et critique d’art Robert Enright, l’exposition rassemble des œuvres récentes de celle que le public de la Galerie de l’UQAM a pu découvrir dans l’exposition phare Le Projet Peinture(2013). Avec Contrariétés et contrepoints, l’artiste présente une peinture à la fois énergique et délicate, qui revisite les héritages contradictoires de la pratique picturale.

L’exposition est organisée et mise en circulation par la Thames Art Gallery (Chatham, Ontario).

L’exposition
Les riches espaces peints par Melanie Authier, artiste établie à Ottawa, nous rappellent qu’une myriade de questions restent à résoudre au sujet de l’art après le modernisme. Pour Authier, les tableaux ne sont pas de simples objets esthétiques sans lien les uns avec les autres. Ils s’inscrivent dans un vaste réseau relationnel.

Alors que son univers pictural évoque le langage de l’abstraction moderniste, on y décèle aussi une esthétique associée à la manière baroque, en raison de l’empathie qui affleure dans sa technique. Cette exposition d’œuvres récentes sur toile et sur papier fait voir des approches contrastées de la peinture contemporaine, en un amalgame de styles qui génère un entre-deux à la fois intelligible et insaisissable. Chaque œuvre est pour Authier l’occasion de créer un problème de manière à « y apporter une réponse inattendue ».

« Je crois que mon travail renvoie à la marque lancinante laissée par l’histoire de la peinture, à l’histoire de l’Art avec un grand A et il se débat parfois contre elle. J’essaie de faire en sorte que mes œuvres se taillent une place au sein des discours actuels et qu’elles soient toujours axées sur le potentiel de la peinture. Ainsi, la question qui me préoccupe est : “Où aller à partir d’ici ?” »
- Melanie Authier, 2015

Les lectures genrées de la pratique picturale, par exemple, constituent l’un des discours complexes qu’Authier est profondément consciente de devoir négocier. En jouant avec des courants stylistiques opposés ― abstraction gestuelle et hard edge ― et en les subvertissant aussi habilement qu’elle applique l’acrylique, l’aquarelle ou l’encre, l’artiste s’attaque avec panache aux défis que posent les histoires véhiculées sur la pratique picturale.

Consulté 81 fois   ·   Modifier