à 

Salle C-4141
3150, rue Jean-Brillant
Montréal (Québec ) Canada  H3T 1N8

Conférencier invité : Franco Taroni


Franco Taroni est professeur ordinaire de statistique forensique à l’École des Sciences Criminelles de l’Université de Lausanne. Les principaux domaines de recherche, d’enseignement et de pratique sont l’utilisation des modèles probabilistes graphiques pour l’évaluation de l’information scientifique et la statistique Bayesienne pour le traitement des données. Il est co-auteur de 6 monographies dont la dernière est Bayesian networks for probabilistic inference and decision analysis in forensic science (Wiley, 2014).


Résumé


L’une des préoccupations à la fois principale et naturelle de l’être humain contemporain vise à comprendre le monde qui l’entoure. Dans le domaine des sciences criminelles, la compréhension porte essentiellement sur les événements qui se sont déroulés dans le passé. A cause de leur unicité et non replicabilité, combinées aux limitations spatiales et temporelles de nos capacités à recevoir des informations sur les éléments du milieu physique extérieur, nos connaissances sur ces événements ne peuvent, pourtant, que rester partielles. Ces événements ne sont toutefois par entièrement inaccessibles puisqu’il s’agit, en principe, d’événements générateurs de ‘témoins matériels’, des traces, qui peuvent être retrouvée et examinés. Elles peuvent nous fournir des renseignements sur les événements passés, mais cette opération soulève un certain nombre de complications (par exemple, éléments matériels en quantité infimes ou de pertinence variable). 


Les indices matériels manquent donc des qualités nécessaires pour établir avec certitude les hypothèses auxquelles s’intéressent les acteurs (les juges) du domaine judiciaire (par exemple, l’hypothèse selon laquelle un certain individu est à l’origine d’une trace donnée). Les praticiens se voient donc surtout confrontés à la question de savoir comment gérer l’incertitude dans le cadre des raisonnements visant à établir la valeur probante d’indices scientifiques et la crédibilité des hypothèses d’intérêt. Cette situation peut susciter des inquiétudes aussi bien parmi les juristes que parmi les scientifiques et illustre bien la nécessité de disposer de procédures d’inférence bien définies.


La conférence se penchera sur ces aspects en soulignat que l’emploi des probabilités, comme mesure de l’incertitude, s’impose pour aider à gérer des problématiques de droit.


Information


Conférence organisée par le Centre international de criminologie comparée

  ·   Modifier