Du 7 février au 5 avril 2019
Vernissage le 7 février à 19 h

Lancement de la publication le 2 mars 2019 

 

C’est à la croisée de l’histoire personnelle et de la mémoire collective que s’attarde l’œuvre de Myriam Jacob-Allard. Axes qui s’activent dans l’exposition autour de deux narrations : une chanson populaire et un récit familial. T’envoler, titre de l’exposition, est emprunté à une chanson country. Genre musical qui a une résonance particulière au sein de la cellule familiale de l’artiste. À certains moments nommé le «blues des Blancs», le country comporte ce même caractère viscéral, cette pulsion d’être avec simplicité près du quotidien et des sentiments. C’est d’ailleurs Jacob-Allard, sa mère et sa sœur qui interprètent le refrain de la complainte amoureuse dans l’une des œuvres principales de l’exposition. L’artiste met en parallèle de cette chanson un récit qui, par sa prégnance, s’est inscrit au patrimoine familial. Ce récit, maintes fois relaté par sa grand-mère, raconte une histoire invraisemblable d’ouragan, digne du Wizard of Oz, qui, enfant, l’aurait emportée, l’aurait fait s’envoler. Présente au sein des deux narrations, l’idée de s’envoler – ou de t’envoler – investit le travail de Myriam Jacob-Allard d’une étrange dualité : c’est à la fois trouble et léger, signe de liberté et d’attachement, d’appartenance et de fuite, c’est la peur de l’inconnu et le réconfort du familier. En filigrane se dessine le potentiel d’universalité qu’a le récit intime mais aussi, signe des temps en ces temps de grande uniformisation, le désir profond de renouer – voire de s’inventer – une histoire qui nous serait propre, singulière. 

  ·   Modifier